Daphnée Simard (Université du Québec à Montréal)

«Parler dans sa langue seconde: une question de profils cognitif et linguistique» 

Résumé/Abstract

La production orale (PO) en langue seconde (L2) peut être conceptualisée au moyen du modèle de Levelt (adopté en L2, p.ex.,  Arroyo, 2003; Bange et Kern, 1996; Griggs, 2002 ou encore adapté en L2, p. ex., de Bot, 1992; Kormos, 2006; Poulisse, 1997). Selon ce modèle, nous produisons des énoncés en trois grandes phases, à savoir la conceptualisation, la formulation et l’articulation. Or, des lieux de vulnérabilité se trouvent tout au long de ce processus en particulier lorsque nous nous exprimons dans notre L2 (Segalowitz, 2010). Les études antérieures sur la PO en L2 mettent notamment en relief l’effet des caractéristiques cognitives (Kormos, 1999), telles la conscience et l’attention et des caractéristiques linguistiques (p.ex., formes langagières utilisées dans le discours) sur ces lieux de vulnérabilité. Comme peu d’études se sont centrées sur la PO en français L2 (Préfontaine & Kormos, 2015), je me propose dans mon exposé d’examiner l’existence de ces profils de locuteurs de français L2 créés sur la base de caractéristiques cognitives et linguistiques au moyen de l’analyse de d’autoreformualtion autoamorcées produites lors de la réalisation de tâches de narration. Particulièrement intéressantes pour l’étude de la PO, les autreformulations autoamorcées, à savoir les modifications effectuées par le locuteur lui-même sur son discours, offrent des informations directes sur les mécanismes cognitifs ainsi que sur les processus linguistiques (Kormos, 1999) en jeu.

 

Daphnée Simard est Directrice de l’Institut des sciences cognitives à l’université du Québec à Montréal. Ses intérêts de recherche portent sur les aspects psycholinguistiques de l’acquisition des langues secondes et étrangères avec intérêt particulier pour le rôle des processus attentionnels, le rôle de la prise de conscience, le rôle de la réflexion métalinguistique et les caractéristiques de l’aisance langagière (fluency). Elle participe ou dirige de nombreux projets de recherche financés par des fonds internes et externes  (Fonds de Recherche du Québec Société et Culture, Conseil de la Recherche en Sciences Humaines, Industrie Canada entre autres)  en grammaire et en didactique en langue seconde et notamment en française, et sur les compétences de lectures en L1 et L2 ainsi que sur l’exploration de pratiques d’enseignement en L2. Ses publications incluent des chapitres de livres ainsi que de nombreux articles sur ses domaines et résultats de recherche.