Ferry de Kerckhove est né en Belgique en 1947. Dans le cadre de ses obligations militaires en Belgique, il a devancé son appel et est entré dans les Forces blindées à 17 ans et est devenu sous-lieutenant à 18 ans, commandant un peloton de 5 chars M47 et 25 hommes, à Düren, en Allemagne de l’Ouest.

Il a obtenu un Baccalauréat spécialisé en économie et une maîtrise en sciences politiques de l’université d’Ottawa et a effectué des études de doctorat à l’Université Laval à Québec. 

Après avoir travaillé comme stagiaire aux Programme de Développement des Nations Unies, Ferry de Kerckhove est devenu recherchiste au Centre Québécois des Relations internationales et a été responsable de la section québécoise en sécurité internationale de l’Institut canadien des Affaires internationales.

En septembre 1973, Ferry de Kerckhove s’est joint au service extérieur canadien.  Après avoir été affecté aux affaires européennes, il a été nommé troisième secrétaire à l’Ambassade du Canada à Téhéran où il s’est occupé notamment de questions d’immigration.  A son retour au Canada en 1976, M. de Kerckhove a été nommé Secrétaire adjoint au  Comité interministériel des relations extérieures chargé d’harmoniser les relations entre le ministère des Affaires extérieures et les ministères intérieurs ayant des intérêts à l’étranger. Il a travaillé ensuite à la direction de l’Europe de l’Est (Yougoslavie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie et Albanie) à une époque précurseur pour la Yougoslavie  alors que des remous agitaient de plus en plus le pays.  De 1978 à 1981, il a été responsable des relations Canada-France à un moment assez critique dans le contexte des relations franco-québécoises. De 1981 à 1985, il a été Conseiller économique à la délégation canadienne auprès de l’OTAN à Bruxelles. L’un des dossiers majeurs a été la dépendance européenne vis-à-vis des hydrocarbures soviétiques et la négociation au sein de l’OTAN qui s’ensuivit.

De retour au Canada, Ferry de Kerckhove a été nommé Directeur adjoint de l’Analyse politique et stratégique au moment de la révision de la politique étrangère (livre vert du ministre Clark) et de la revue de la politique de défense, puis Directeur de l’Analyse commerciale et économique auprès du Bureau de la politique avec les deux questions essentielles de l’impact du libre-échange Canada-États-Unis et l’adaptation de l’économie canadienne à cet accord.  En 1989, il fut nommé Directeur des Relations économiques avec les pays en voie de développement au moment de la création de l’enveloppe d’aide à la transition des pays d’Europe de l’Est. En septembre 1992, il devient Ministre et Chef de mission adjoint à Moscou en pleine période de transition.

Ferry de Kerckhove retourne à Ottawa en septembre 1995 pour devenir Négociateur en chef associé des accords aériens.  En janvier 1996, il est nommé Chef adjoint du secteur des politiques et Directeur général des relations fédérales-provinciales au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international dans la foulée du référendum du 30 octobre 1995.  Pendant cette période, il a enseigné un cours sur la politique étrangère canadienne à l’Université Laval, à Québec. En août 1998, il devient  Haut-commissaire au Pakistan où il passe trois ans notamment la période du coup d’État du général Musharraf. Le 13 septembre, 2001, Ferry de Kerckhove présente ses Lettres de créance au titre d’Ambassadeur auprès de la République d’Indonésie. Il est également accrédité auprès de la République de Timor-Leste.

En septembre 2003, de retour à Ottawa, M. de Kerckhove devient diplomate en résidence à l’Université d’Ottawa dans le cadre d’une coopération entre la nouvelle École d’Études politiques de l’Université et le Centre canadien de Gestion.

En août 2004, M. de Kerckhove retourne au ministère des Affaires étrangères du Canada pour y occuper le poste de directeur général des organisations internationales et joue un rôle clé dans l’élaboration de la position canadienne en vue du Sommet de l’ONU de 2005. En août 2006, il ajoute à ses fonctions celles de Représentant personnel du premier ministre pour la Francophonie. Il établit les fondements de la Conférence ministérielle de la Francophonie sur la Prévention des conflits et la sécurité humaine de St. Boniface.  

De septembre 2008 à septembre 2011, Ferry de Kerckhove est ambassadeur du Canada auprès de la République arabe d’Égypte où il vit les moments les plus fascinants du printemps arabe.

Il a pris sa retraite du ministère des Affaires étrangères du Canada le 23 septembre 2011. Il est professionnel en résidence à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales, à la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa où il enseigne. Il enseigne également au Collège Glendon (York) à Toronto. Il est Chercheur invité à l’Institut canadien des affaires mondiales. Il a été jusqu’en 2017 membre du Conseil de direction de l’Institut de la Conférence des Associations de la Défense ICAD) dont il a été vice-président exécutif en 2012-14.  Il est Conseiller auprès du Canada Arab Institute et du Canada Pakistan Business Council.  Il a été responsable des relations gouvernementales pour Qatar Airways au Canada de 2012 à 2013 et membre du Conseil de direction de WIND Mobile Canada de 2012 à 2015. Il est membre du « Global Consultancy Board » de l’International Cooperation Platform  (ICP), qui, outre son mandat de coopération internationale, anime le Bosphorus Summit, une conférence annuelle à haut niveau à Istanbul .

 Il est président de Golden Advice Inc. Il a été co-auteur et auteur dans les deux langues du document Les perspectives stratégiques du Canada publié par l’Institut de la CAD de 2013 à 2016. En outre, il a publié plusieurs articles dans différentes revues spécialisées dans le domaine des relations politiques et économiques  internationales, notamment sur le Moyen-Orient, de même que sur les relations entre le monde musulman et l’Occident. Il écrit pour la presse anglophone et francophone et commente régulièrement les actualités internationales à la radio et à la télévision dans les deux langues officielles.