2021-Face à l’avenir – Traduction et technologie

11e Colloque des étudiants de deuxième cycle en traductologie du Collège universitaire Glendon

Face à l’avenir – Traduction et technologie

Toronto, Canada, 26 mars 2021.  

Les étudiants de la maîtrise en traductologie du Collège Glendon de l’Université York ont le plaisir d’annoncer la 11e conférence annuelle des étudiants diplômés en traductologie qui se tiendra en ligne via Zoom le 26 mars 2021.

Keynote speaker

Sharon O’Brien est professeure de traductologie à la School of Applied Language and Intercultural Studies, Dublin City University. Elle a obtenu son doctorat en 2006 sur le langage contrôlé et la post-édition (bourse du Irish Research Council). Elle détient également une maîtrise en recherche sur les langues à usage spécifique, la linguistique textuelle et la traduction automatique (1993, subventionnée par l’UE) et un baccalauréat spécialisé en langues appliquées (traduction, français et allemand). Elle a publié de nombreux chapitres d’ouvrages sur la traduction et la technologie.

Plus d’information (en anglais seulement): https://www.dcu.ie/researchsupport/research-profile?PERSON_ID=1628608

Appel à communications (FR)
XIe Colloque des étudiants de deuxième cycle en traductologie du Collège universitaire Glendon

FACE À L’AVENIR –TRADUCTION ET TECHNOLOGIE.

Colloque en ligne sur Zoom organisé par l’Association étudiante de la maîtrise ès arts en traductologie, Université York (Toronto) – Du 26 au 28 mars 2021

Conférencière principale : Sharon O’Brien, Dublin City University

APPEL À COMMUNICATIONS

En cette deuxième décennie du XXIe siècle, la technologie continue de jouer un rôle croissant dans les processus et environnements traductionnels. Ce qui est traduisible ou non par l’entremise de l’automatisation s’impose comme problématique fondamentale face à l’époque de la traduction neuronale et de l’intelligence artificielle. Surgissent aussi de nombreuses autres questions : les modèles existants de traduction collaborative, d’externalisation ouverte, de traduction automatique de corpus et d’outils de TAO infonuagiques nous mènent-ils vers une nouvelle époque de pluralité multimodale ou vers une dystopie fragmentée où la qualité est menacée ? L’interaction entre l’humain et la machine dans les écologies traductionnelles présentes et futures présage-t-elle un posthumanisme éclairé, ou est-ce un processus problématique qui favorise les réseaux désincarnés, la prise de décisions algorithmique et la croissance insoutenable dans une période marquée par la dégradation de l’environnement et l’accélération du changement climatique ? Cette année, le colloque des étudiants des cycles supérieurs portera sur ce que Minako O’Hagan (2019) décrit comme une sorte d’intrication quantique, le lien entre l’humain et la machine, question essentielle pour notre siècle.

Nous accueillons des propositions de communications émanant de domaines et de perspectives variés et pouvant porter sur les questions suivantes, entre autres :
Traduction, technologie et colonialisme ;
Traduction, technologie et questions de genre ;
Technologie et intraduisibilité ;
Écologies traductionnelles et éco-traduction dans une époque technologisée ;
(In)visibilité, statut et rôle du traducteur dans le contexte des innovations en traduction automatique, de l’intelligence artificielle, des plates-formes collaboratives, des questions de droit d’auteur et de traduction non professionnelle ;
Technologie et traduction engagée, y compris la traduction en contexte de crise et de gestion des catastrophes ;
Technologie et processus traductionnel, y compris la traduction automatique neuronale, l’enrichissement du contenu automatisé, les nouveaux outils de TAO et l’expansion de la post-édition de traduction automatique ;
Technologie et traduction spécialisée / technique, terminologie et localisation ;
Technologie et éthique de la traduction ;
Technologie et enjeux pour la traduction audiovisuelle et l’interprétation ;
Technologie et enjeux pour la traduction et l’interprétation dans le contexte de la COVID-19.
Notre colloque de trois jours abordera ces thèmes, ainsi que d’autres questions connexes. Les présentations en ligne synchrones sont préférables, mais celles qui sont préenregistrées seront également acceptées. L’interprétation simultanée en anglais, français, et espagnol sera disponible. Nous acceptons les propositions de communication (présentation de 15 minutes). Les personnes intéressées sont invitées à soumettre un résumé de 250 à 300 mots d’ici le 31 décembre 2020 à transconf@glendon.yorku.ca. Les soumissions doivent obligatoirement inclure le titre de la communication ou de l’affiche, le nom de l’auteur, son affiliation et ses coordonnées.

Conférencière principale – Sharon O’Brien est professeure de traductologie à la School of Applied Language and Intercultural Studies, Dublin City University. Elle a obtenu son doctorat en 2006 sur le langage contrôlé et la post-édition (bourse du Irish Research Council). Elle détient également une maîtrise en recherche sur les langues à usage spécifique, la linguistique textuelle et la traduction automatique (1993, subventionnée par l’UE) et un baccalauréat spécialisé en langues appliquées (traduction, français et allemand). Elle a publié de nombreux chapitres d’ouvrages sur la traduction et la technologie.

Références – O’Hagan, Minako « Introduction » dns. The Routledge Handbook of Translation and Technology, sous la dir. de Minako O’Hagan, Routledge, 2019, p.18.