CONFÉRENCIERS PRINCIPAUX

L’honorable Jean-Marc Fournier

Jean-Marc Fournier obtient sa licence en droit de l’Université de Montréal en 1981 et son diplôme de l’École du Barreau en 1982. Avocat au sein de cabinets privés, il complète une Maîtrise en droit public de l’UdM en 1991. En 1994, il est élu dans la circonscription de Châteauguay et réélu en 1998, 2003 et 2007. Il occupe les fonctions de ministre des Affaires municipales; du Sport et du Loisir; de l’Éducation, du Loisir et du Sport; du Revenu et ministre responsable de la Réforme parlementaire. Il est nommé ministre de la Justice et ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques et de l’Accès à l’information en août 2010. Il est ensuite élu député de la circonscription de Saint-Laurent en septembre 2010.Réélu aux élections de septembre 2012, il occupe les fonctions de Chef de l’opposition officielle. Réélu en avril 2014, en plus d’être leader parlementaire, il est ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

 

L’honorable Louis LeBel

Juge à la retraite de la Cour suprême du Canada où il a siégé de 2000 à 2014, Me Louis LeBel a été admis au Barreau du Québec en 1962. Il a obtenu un diplôme d’études supérieures en droit privé de l’Université Laval en 1965 et une maîtrise en droit de l’Université de Toronto en 1966. Il a d’abord pratiqué à Québec, au sein du cabinet LeBel, Letarte, Bilodeau, Boily de 1963 à 1964, puis chez Désilets, Grondin, LeBel & Associés de 1964 à 1971. Il a, par la suite, été associé du cabinet Grondin, LeBel, Poudrier, Isabel, Morin & Gagnon de 1971 à 1984. Il a été membre du conseil d’administration de la Corporation du Centre communautaire juridique de Québec de 1973 à 1975, et auparavant membre du Comité d’aide juridique du Barreau de Québec. Il a, en outre, été vice-président du Barreau du Québec de 1982 à 1983, puis bâtonnier du Québec de 1983 à 1984. Il a enseigné comme professeur invité à l’Université d’Ottawa et à l’Université Laval. Me LeBel est avocat conseil au cabinet Langlois à Québec/Montréal depuis mai 2015 et juge en résidence à la Faculté de droit de l’Université Laval.

 

Peter Russell

Peter H. Russell est professeur émérite de science politique à l’Université de Toronto où il enseigne depuis 1958 et est le principal fondateur du Senior College. Il a publié abondamment dans les domaines des politiques judiciaire, constitutionnelle, autochtone et parlementaire. Son plus récent ouvrage, Canada’s Odyssey: A Country Based on Incomplete Conquests, illustre la façon dont les relations entre les Autochtones, les Francophones et les Anglophones du Canada sert de moteur aux tragédies, aux victoires et à l’identité distincte définissant le pays que l’on nomme Canada.

 

CONFÉRENCIERS

Roy McMurtry

Admis au barreau en 1958, maître McMurtry a pratiqué le droit comme avocat plaidant pendant 17 ans avant son élection à l’Assemblée législative de l’Ontario en 1975. Une fois élu, il fut immédiatement nommé au conseil des ministres du premier ministre William G. Davis en tant que Procureur général de l’Ontario, poste qu’il a occupé jusqu’en 1985. Il a participé activement au rapatriement de la constitution canadienne et à la création de la Charte des droits et libertés. Pendant cette période, il fut également Solliciteur général de l’Ontario pendant quatre ans. En 1985, il a été nommé haut-commissaire (ambassadeur) en Grande-Bretagne, poste qu’il a occupé jusqu’à la fin de 1988. En 1991, il a été nommé juge en chef adjoint de la Cour supérieure, puis juge en chef de cette cour en 1994. En février 1996, il a été nommé juge en chef de l’Ontario, poste qu’il a occupé jusqu’au 30 mai 2007. En 1977, en tant que Procureur général, il a fondé l’Osgoode Society for the Writing of Canadian Legal History. À la fin de l’année 2016, cette société avait déjà publié plus de 100 ouvrages, dont beaucoup ont reçu des prix prestigieux. Ses propres mémoires ont été publiées par l’Osgoode Society en 2013. Il fut également chancelier de l’Université York de 2008 à 2014.

 

Kathy Brock

Kathy L. Brock, PhD, est professeure à l’École School of Policy Studies et nominée conjointement au Département d’études politiques de Queen’s University. C’est l’ancienne présidente de l’Association canadienne des programmes en administration publique et auparavant, elle a également été présidente de la recherche nationale de l’Institute of Programs in Public Administration. Elle a publié des livres, des articles dans des revues universitaires ainsi que des rapports sur le secteur à but non lucratif, la politique et le gouvernement canadiens et comparatifs, le fédéralisme et les affaires constitutionnelles, sans oublier la gouvernance et les questions autochtones. En ce moment, elle rédige un ouvrage sur le fonctionnement du système fédéral canadien et elle travaille en outre sur la publication d’une nouvelle étude intitulée « Riding the Trump-Trudeau Wave ». Elle a été active dans le domaine des affaires publiques en tant que conseillère impartiale des gouvernements fédéral, provincial et territorial, de partis politiques, d’une organisation autochtone et d’organismes sans but lucratif. Professeure dévouée, elle a reçu en 2008 le Prix Pierre De Celles IPAC Award d’excellence en enseignement en administration publique et en 2009, le Prix Frank Knox Award d’excellence en enseignement de Queen’s University.

 

Annie Demirjian

Annie Demirjian

Annie Demirjian a été nommée directrice de l’École d’Affaires publiques et internationales de Glendon, Université York. Entre 2014 et 2015, elle était chef du Groupe des affaires politiques et de la médiation à la Mission de l’ONU en Somalie (ONUSOM). Elle était responsable d’un portefeuille de consolidation de la paix et renforcement de l’État, comprenant notamment : l’interface et la stabilisation entre militaires et civiles, la réforme politique, la formation de l’État (fédéral/étatique), la prévention des conflits et la réconciliation locale, ainsi que le contrôle constitutionnel. Entre 2004 et 2013, alors qu’elle travaillait avec les Missions de l’ONU sur le terrain, elle a dirigé le portefeuille Gouvernance démocratique du PNUD en Iraq, en Libye, en Somalie, dans des pays d’Europe de l’est et d’Asie centrale. Au PNUD en Iraq (2004-2007), en Somalie (2008-2009) et en Libye (2011-2012), elle était chargée de l’administration transitoire, du processus d’ébauche des constitutions, des élections, du développement institutionnel et du renforcement des capacités, de la réforme d’administration publique, de la gouvernance locale et du développement de la société civile. En 2010, elle a été détachée en Haïti pour diriger la mission d’évaluation des besoins après un sinistre pour le PNUD / la Banque mondiale, suite au tremblement de terre en Haïti.

 

Annie a vingt années d’expérience en tant que dirigeante, en politique et programmation, au sein du gouvernement fédéral du Canada (agences centrales/ministères d’exécution, y compris au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS)). Pour les Nations Unies et la Banque mondiale, elle a également travaillé dans les pays suivants : Jordanie, Égypte, Tunisie, Palestine, Zimbabwe, Afrique du Sud et Nigéria.

 

Mary Eberts

Dans sa pratique juridique, Mary Eberts se concentre sur l’égalité et les droits de la personne. Elle est cofondatrice du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes (FAEJ) et fut avocate pendant 25 ans pour l’Association des femmes autochtones du Canada. En tant qu’étudiante au Secrétariat aux affaires fédérales-provinciales de l’Ontario, elle a rédigé des documents préparatoires pour la Conférence de Victoria ; ensuite, elle a entrepris des travaux de cycle supérieur à Harvard sur la compétence constitutionnelle en matière de câblodistribution au Canada. Elle a représenté le Conseil consultatif canadien sur la situation de la femme, l’Ad Hoc Committee of Canadian Women on the Constitution et l’Association des femmes autochtones du Canada dans des audiences et pour des questions constitutionnelles relatives à la Charte des droits et libertés, au Renvoi relatif à la sécession du Québec ainsi qu’aux accords du Lac Meech et de Charlottetown. Dans sa pratique actuelle, elle s’intéresse aux droits issus de traités et aux relations entre la loi autochtone et le système juridique du Canada.

 

Charlie Feldman

Charlie Feldman, B. A., B.C.L., LL. B., LL. M. est membre du Barreau du Haut-Canada. Auparavant, il a été analyste à la Bibliothèque du Parlement. Les opinions qu’il exprime n’engagent que lui.

 

 

 

 

Kerri A. Froc

Kerri A. Froc est professeure adjointe à la Faculté de droit de l’Université du Nouveau-Brunswick, ainsi que boursière Vanier et boursière de la Fondation Trudeau. Elle travaille présentement à la rédaction d’un volume provisoirement intitulé «The Gendered Constitution», qui porte sur l’égalité entre les sexes dans le droit constitutionnel canadien et renouvelle l’intérêt au sujet de notre «Amendement sur l’égalité des droits»: l’article 28 de la Charte. La Dre Froc a obtenu son doctorat de l’Université Queen’s (2016); sa maitrise en droit de l’Université d’Ottawa (2009); son baccalauréat en droit d’Osgoode Hall, à l’Université York (1996); et son baccalauréat ès arts de l’Université de Régina (1993). Ses recherches ont été publiés dans des revues scientifiques telles que La Revue du Barreau canadien, Revue d’études constitutionnelles, et Canadian Journal of Parliamentary and Political Law, ainsi que dans les anthologies Feminist Constitutionalism et Advancing Social Rights in Canada. Ses recherches portent sur les théories d’interprétation constitutionnelle (y compris l’originalisme), l’accès à la justice, les droits de reproduction, les droits de représentation politique et les violations des droits rencontrées par les travailleuses, les femmes pauvres et les femmes racialisées et autochtones. Avant de terminer son doctorat, le Dre Froc a pratiqué le droit pendant 18 ans. Elle est membre des barreaux de l’Ontario (2005) et de la Saskatchewan (1997).

 

Francis Garon

Professeur agrégé, Francis Garon a obtenu son doctorat en science politique à l’Université de Montréal. Il enseigne au Collège universitaire Glendon depuis 2007. Ses intérêts de recherche portent sur la démocratie délibérative et les questions d’immigration et d’intégration. Il enseigne des cours liés à l’analyse des politiques publiques et à la gestion de la diversité.

 

Ian Greene

Ian Greene est professeur émérite à l’École School of Public Policy and Administration de l’Université York. Ses diplômes d’études supérieures lui ont été décernés par le Département de science politique de l’Université de Toronto. Il enseigne à l’Université York depuis 1985, après avoir effectué une brève carrière dans le service public, en Alberta. Il est directeur fondateur du programme de maîtrise en politiques publiques, administration et droit de York. L’ouvrage le plus récent de M. Greene s’intitule Honest Politics Now (Lorimer, 2017, avec David P. Shugarman). C’est également l’auteur de The Charter of Rights and Freedoms (Lorimer, 2014), et The Courts (UBC Press, 2006). Il a écrit et coécrit cinq livres supplémentaires, ainsi que plus de 40 articles parus dans des revues universitaires et chapitres de livres. Fréquemment, il est commentateur pour les médias sur des questions d’éthique du secteur public et des décisions judiciaires.

 

Richard Haigh

Richard Haigh est professeur adjoint à l’École Osgoode Hall Law School de l’Université York et directeur du Centre for Public Policy and Law de York, ainsi que co-directeur du programme de maîtrise en droit constitutionnel à temps partiel d’Osgoode. Il est titulaire d’un doctorat de l’Université de Toronto dans le domaine de la liberté de conscience et de religion. Il était, jusqu’à décembre 2007, directeur associé du programme d’études supérieures en développement professionnel à Osgoode. Il a été chargé d’enseignement à l’Université Deakin University à Melbourne, en Australie, conseiller principal à l’Institut national de la magistrature, à Ottawa et chargé de cours en recherche et rédaction juridiques à Osgoode. Ses intérêts en matière de recherche et d’enseignement comprennent le droit constitutionnel, le droit public et les fonds propres et les fiducies. Ses récents travaux publiés portent sur le Renvoi relatif aux lois de l’Alberta, l’article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés , vie privée et religion, l’usage de la métaphore par la Cour suprême, la division des pouvoirs dans les affaires portant sur la liberté d’expression, la liberté de conscience et la dénonciation, la liberté de religion, la théorie du dialogue , et les règlements municipaux sur le bruit. Il a également contribué à la rédaction du chapitre du recueil de jurisprudence Public Law (Emond-Montgomery, 3e éd., 2015) sur l’État et le citoyen.

 

Hoi Kong

Hoi Kong enseigne et étudie le droit constitutionnel, le droit comparé, le droit administratif et le droit municipal. De 2002 à 2003, il a été auxiliaire juridique auprès des juges Marie Deschamps et Claire L’Heureux-Dubé à la Cour suprême du Canada. De 2003 à 2006, il était associé en droit à la Columbia University, et de 2006 à 2009, il a été professeur adjoint de droit, en nomination conjointe avec l’École de planification urbaine et régionale, à l’Université Queen. Il est récipiendaire du Prix d’excellence en enseignement du droit des étudiants de l’Université Queen’s (2008). Hoi Kong a rejoint la Faculté de droit de l’Université McGill en août 2009 comme professeur adjoint, et il est membre du Barreau du Haut-Canada. Il a été nommé Chercheur Hydro-Québec en droit du développement durable en 2012. En mai 2013, durant la collation de grades de la Faculté de droit de McGill, le professeur Kong s’est vu attribué le prix John Durnford d’excellence en enseignement de la part de l’Association des étudiants en droit.

 

Jean Leclair

LL. B. Montréal 1985; LL. M. Montréal 1990 (récipiendaire de la bourse Duff-Rinfret).  Professeur titulaire (UdeM) depuis 2002 ; clerc auprès d’Alice Desjardins, juge de la Cour fédérale, division d’appel, 1986-1988; membre du Barreau du Québec depuis 1987.  Lauréat de la Fondation Pierre Elliott Trudeau 2013. Prix André Morel 2016-2017 pour excellence en enseignement. Sujets d’enseignement et de recherche: droit constitutionnel (fédéralisme et droits fondamentaux), droits et Autochtones, histoire du droit québécois et canadien.

 

 

Willem Maas

Willem Maas (B.A. Colombie-Britannique, Cert. Laval, M.A. Leiden, M.A., M.Phil., Ph.D. Yale), Chaire Jean Monnet, professeur agrégé de science politique, d’affaires publiques et internationales, de pensée sociale et politique et d’études sociojuridiques, préside le Département de science politique et le Conseil de la Faculté sur le campus Glendon de l’Université York. Il a cofondé la division Migration et Citoyenneté de l’Association américaine de science politique et a récemment été Boursier international Marie Skłodowska-Curie à l’Institut universitaire européen. Le professeur Maas est coéditeur de la série de livres sur les politiques de citoyenneté et migration de Palgrave et rédacteur d’articles sur l’U.E. et la citoyenneté à plusieurs niveaux, la migration et la politique, dans lesquels il se concentre sur l’Europe et le Canada. Auteur de Creating European Citizens, éditeur de Multilevel Citizenship, éditeur de Democratic Citizenship and the Free Movement of People, coéditeur de Sixty-Five Years of European Governance et auteur de nombreux chapitres et articles.

 

Audrey Macklin

La professeure Audrey Macklin (B.Sc. (Alberta), baccalauréat en droit (Toronto), maîtrise en droit (Yale) est directrice du Centre de criminologie et d’études sociolégales et Chair in International Human Rights Law à l’Université de Toronto. Elle enseigne, poursuit des recherches et publie dans le domaine du droit de la migration et de la citoyenneté, des affaires et des droits de la personne, ainsi que du droit administratif. Elle est co-auteure de l’ouvrage Governance Gap: Extractive Industries, Human Rights, and the Home State Advantage (Londres, Routledge, 2014) et de la deuxième édition d’Immigration and Refugee Law: Cases, Materials and Commentary, parue au Canada (Toronto, Emond Montgomery, 2015). Audrey Macklin a publié des articles dans de nombreuses revues dirigées par des pairs, y compris l’International Journal of Refugee Law, le Georgetown Immigration Law Journal, Human Rights Quarterly, Theoretical Inquiries in Law, Columbia Journal of Law and Human Rights, European Journal of Law and Migration, Law and Social Politics et International Migration Review. Elle intervient fréquemment en tant que commentatrice dans la presse canadienne et la presse internationale, à la radio et à la télévision. Enfin, elle prend également part à des activités pro bono de défense des droits de la personne, ainsi que sur des questions de migration et de citoyenneté. 

 

Carissima Mathen

Carissima Mathen est Vice-Doyen et professeure agrégée de droit à l’Université d’Ottawa ainsi que membre fondatrice de son Groupe de droit public. Elle est titulaire de diplômes de l’Université McGill, de l’École Osgoode Hall Law School et de Columbia University. Ses domaines d’expertise sont le droit constitutionnel, le droit criminel et le droit constitutionnel américain. En tant que chercheuse largement publiée, elle fournit régulièrement des commentaires juridiques dans les médias nationaux et internationaux. Avant d’entrer dans le monde universitaire, la professeure Carissima Mathen était directrice du contentieux pour le Fonds Women’s Legal Education and Action Fund (LEAF). Dans ce rôle, elle a plaidé et géré d’importants cas de droits à l’égalité. Ces dernières années, l’érudition de la professeure Mathen s’est portée en priorité sur les procédures de nomination à la Cour suprême du Canada, l’intelligence artificielle et le raisonnement juridique, ainsi que sur les principaux manquements en matière d’agressions sexuelles. Elle termine actuellement une monographie sur la fonction consultative des tribunaux canadiens. 

 

Marc Mayrand

Marc Mayrand fut directeur général des élections du Canada de 2007 à 2016. Pendant son mandat, il a mis en place une approche ouverte et consultative en matière d’élections avec les parlementaires et les partis politiques, particulièrement pour les questions relatives aux électeurs qui font face à des obstacles pour voter, notamment en raison de leur âge ou de leur invalidité. Monsieur Mayrand a fondé le Comité consultatif sur les questions touchant les personnes handicapées (link) qui procure une expertise sur les initiatives d’accessibilité et identifie des moyens de rendre plus accessibles les informations sur le processus électoral. Il a également mis en place le Comité consultatif d’Élections Canada (link) pour obtenir des conseils sur la tenue des élections, la participation des électeurs et des intervenants politiques, la conformité réglementaire et la réforme électorale. Pendant son mandat, le Parlement a adopté une législation qui stipulait des dates fixes pour les élections générales, a transféré le commissaire aux élections fédérales d’Élections Canada au bureau du Directeur des poursuites pénales, a concentré les programmes d’éducation et d’information publiques sur les élèves des écoles primaires et secondaires, et a mis en œuvre des mesures d’identification des électeurs aux bureaux de vote. Monsieur Mayrand a contribué activement à rendre le vote plus inclusif en augmentant l’accessibilité et la commodité du scrutin. L’inscription des électeurs en ligne a débuté sous son leadership, ainsi que l’utilisation des médias sociaux pour communiquer avec les électeurs. Il a encouragé l’amélioration et la modernisation du cadre électoral, et a présenté une série de recommandations au Parlement pour rendre l’administration du scrutin plus souple, dans le but d’en augmenter l’efficacité opérationnelle tout en préservant son intégrité.

 

Warren J. Newman

Warren Newman est avocat général principal au ministère de la Justice. Il pratique le droit constitutionnel depuis 35 ans. Il dirige le programme de maîtrise en droit constitutionnel à Osgoode et enseigne les cours de fédéralisme, de droit public et de droit comparatif constitutionnel à Osgoode, l’Université d’Ottawa et Queen’s. Il a comparu avant instruction et devant des cours d’appel ainsi que devant la Cour suprême, en particulier pour le renvoi relatif à la réforme du nat, le renvoi relatif à la sécession du Québec et le renvoi relatif aux droits linguistiques au Manitoba. Il a donné des instructions sur la rédaction de la Loi sur les langues officielles de 1988, la Loi concernant les modifications constitutionnelles, la Loi sur la clarté référendaire et la Loi de 2013 sur la succession au trône. Il a comparu devant des commissions parlementaires en tant que témoin expert et a rédigé de nombreux articles parus dans des revues dirigées par des pairs. Membre des barreaux de l’Ontario et du Québec, M. Newman est détenteur d’un B.A., d’un baccalauréat en droit civil (B.C.L.) et d’un baccalauréat en droit (LL.B.) de McGill, ainsi que d’une maîtrise en droit constitutionnel d’Osgoode.

 

David C. Onley

David C. Onley est l’ancien lieutenant-gouverneur de l’Ontario (2007-2014). Il occupe actuellement la fonction de conseiller spécial en accessibilité auprès de la ministre responsable de l’accessibilité, l’honorable Tracy MacCharles. M. Onley est également conférencier invité et Distinguished Visitor en science politique à l’Université de Toronto où il enseigne deux séminaires de cycle supérieur. C’est le président d’honneur d’Entreprises Canadiennes SenseAbility ainsi que de plusieurs autres associations caritatives. Avant sa nomination, David Onley avait 22 ans de carrière chez Citytv à Toronto où il a été le premier présentateur de journal avec un handicap visible au Canada. M. Onley est membre de l’ordre du Canada et de l’ordre de l’Ontario, et il a été fait témoin honoraire par l’honorable juge Murray Sinclair pour son soutien de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

 

Radha Persaud

Radhakrishnan (Radha) Persaud est membre du corps enseignant au Département de science politique du Campus Glendon et à l’École School of Public Policy and Administration de l’Université York. Le professeur Persaud est diplômé de l’Université de Toronto et de l’Université Queen’s. Ses principes domaines de recherches universitaires sont le droit public, le gouvernement parlementaire, le gouvernement américain, le fédéralisme, les politiques publiques et l’administration. Ses publications portent sur le droit public et le gouvernement constitutionnel dans les systèmes parlementaire et fédéral. Il travaille actuellement sur un manuscrit ayant trait au rôle consultatif de la Cour suprême du Canada dans les relations intergouvernementales et à la résolution de conflit pendant la période allant de 1979 à 2014. Le professeur Persaud a fourni des conseils à l’ancien lieutenant-gouverneur David Onley sur le rôle constitutionnel du chef d’État dans les démocraties parlementaires. 

 

Lisa Philipps

La professeure Lisa Philipps est la vice-rectrice intérimaire à l’enseignement et à la recherche de l’Université York. Avant cela, elle était doyenne intérimaire de la faculté de droit Bora Laskin de l’Université Lakehead (en automne 2015) et vice-présidente adjointe à la recherche de l’Université York de 2011 à 2014. En tant que vice-rectrice intérimaire, elle dirige l’équipe administrative principale chargée de la planification professorale, de la gestion des changements institutionnels, de l’alignement des priorités et ressources académiques, et de la planification stratégique des inscriptions et effectifs. Membre de la faculté d’Osgoode Hall Law School depuis 1996, la professeure Philipps a publié de nombreux ouvrages sur divers sujets, notamment les régimes d’épargne enregistrés, les dépenses fiscales, le partage du revenu et la fiscalité familiale, les lois sur l’équilibre des budgets, le traitement judiciaire de la législation fiscale, les taxes et l’invalidité, ainsi que les incitations fiscales pour les dons de bienfaisance. Elle siège également à la Commission de retraite des juges provinciaux.

 

Lorne Sossin

Lorne Sossin est devenu doyen de l’Osgoode Hall Law School le 1er juillet 2010. Avant cette nomination, il était professeur à la faculté de droit de l’Université de Toronto, de 2002 à 2010. Il est également ancien doyen adjoint de l’Université de Toronto (2004-2007) et fut le premier directeur du Centre pour la profession juridique (2008-2010). Avant cela (1997-2002), il était membre de la faculté de l’Osgoode Hall Law School et du département de sciences politiques de l’Université York. Ses intérêts professoraux portent sur la législation administrative et constitutionnelle, la réglementation des professions, le contentieux des affaires civiles, la politique publique et le processus judiciaire. Lorne Sossin était assistant judiciaire de l’ancien juge en chef Antonio Lamer de la Cour suprême du Canada, ancien associé en droit de la Columbia Law School et ancien avocat plaidant pour la firme Borden & Elliot (maintenant Borden Ladner Gervais LLP). Il fut également directeur de recherche du groupe de travail du Barreau du Haut-Canada sur l’indépendance du Barreau, et il a écrit sur commande des exposés pour les enquêtes Gomery, Ipperwash et Goudge. Il a également siégé aux conseils de l’Institut national de la magistrature et de la Commission du droit de l’Ontario, et il est vice-président de la Commission d’appel et de révision des professions de la santé et membre de la Commission d’appel et de révision des services de santé. Lorne Sossin fut également Commissaire intérimaire à l’intégrité pour la ville de Toronto en 2008 et 2009 ; il est actuellement enquêteur pour les réunions à la ville de Toronto.

 

Gregory Tardi

Gregory Tardi, docteur en sciences juridiques, est directeur général de l’Institut de droit parlementaire et politique et directeur de la rédaction du Journal of Parliamentary and Political Law. Me Tardi est diplômé des universités McGill, d’Ottawa et de la faculté de droit Osgoode Hall de l’Université York. Il a occupé divers postes dans le service public du Canada, en particulier dans les services juridiques d’Élections Canada et à la Chambre des communes. Il enseigne actuellement la législation politique à la faculté de droit de l’Université McGill, dans un cours faisant l’objet d’une référence croisée en sciences politiques. Maître Tardi est l’auteur de plusieurs livres sur des questions de démocratie et de loi.

 

 

Lori Turnbull

Lori Turnbull, PhD, est professeure agrégée en science politique à l’Université Dalhousie d’Halifax. Entre juillet 2015 et juillet 2017, elle était en détachement au Bureau du Conseil privé (BCP), d’abord en tant que conseillère politique au Secrétariat de l’appareil gouvernemental, puis comme agente de liaison ministérielle au Cabinet de la ministre des Institutions démocratiques et enfin en qualité de conseillère politique au Secrétariat des priorités et de la planification. Les recherches et l’enseignement de la professeure Turnbull portent en priorité sur la démocratie et la gouvernance parlementaires, l’éthique du secteur public et la réforme démocratique. Elle a enseigné la science politique et l’administration publique aux Universités Dalhousie, Queen’s, Carleton et Acadia. Elle a publié un certain nombre d’articles et de chapitres de livres, et elle a également collaboré au Globe and Mail en tant que pigiste. Son ouvrage Democratizing the Constitution: Reforming Responsible Government, coécrit avec Mark Jarvis et le regretté Peter Aucoin, a remporté le Donner Prize en 2011 et le Donald Smiley Prize en 2012.

 

Mark Walters

Mark Walters est titulaire de la Chaire F.R. Scott en droit public et constitutionnel à l’Université McGill. Il a un B.A. (science politique) de l’Université de Western Ontario, un baccalauréat en droit de Queen’s University et un doctorat d’Oxford University. Après avoir brièvement pratiqué le droit, il est retourné à Oxford pour enseigner pendant plusieurs années, puis il s’est joint à la Faculté de droit de Queen’s en 1999 où il est resté jusqu’à sa nomination à McGill en 2016. Le professeur Walters effectue des recherches et publie dans les domaines du droit public et du droit constitutionnel, de l’histoire juridique et de la théorie juridique, en se concentrant particulièrement sur les droits des peuples autochtones, les structures institutionnelles et l’histoire des idées juridiques. Il a reçu un certain nombre de bourses, y compris la Bourse Jules-et-Gabrielle-Léger (CRSH), la Bourse Sir Neil MacCormick (Université d’Édinbourg), la Bourse Herbert Smith (Université Cambridge) et la Bourse H.L.A. Hart (Université Oxford). 

 

John Whyte

John Whyte a étudié à l’Université de Toronto, Queen’s University et Harvard. Il a enseigné à la Faculté de droit de Queen’s pendant plus de 25 ans où il a été doyen de la Faculté. Il a exercé la fonction de directeur du droit constitutionnel au département du procureur général de la Saskatchewan durant la période de rapatriement constitutionnel et, plus tard, de ministre adjoint de la justice de la Saskatchewan. Aujourd’hui, il est affilié à l’École Johnson-Shoyama Graduate School of Public Policy à l’Université de Regina.